Newletter – Septembre 2021/2021年9月

Août 31, 2021 | Actu, News letter | 0 commentaires

月刊 BJ レター N°8

Directeur de la publication : Clément LE NY,  Président de l’Association Bretagne – Japon
Rédaction : Bernard BECHON
Relecture : Francia, Jean Pierre, Michel, Hélène, Simon, Clément, Tchié
Ont collaboré à ce numéro : Tchié SATO, Hélène BOTTEQUIN, Énora SOULOUMIAC, Simon TRICHA

La vie de l’association /最近のアソシエーション

Et c’est parti pour une nouvelle année !

Pass(e) sanitaire obligatoire pour toutes les activités de l’association ! Qu’on se le dise !

Inscriptions aux différentes activités, ce sera au 5 rue de Dinan
Les anciens adhérents peuvent s’inscrire dès le samedi 28 août le site Internet de Bretagne – Japon à partir de 13h00.
Pour les nouveaux membres les inscriptions se feront à partir du samedi 4 septembre 2021 de 10h30 à 12h30 au 5 rue de Dinan.

Cours de langue (19h00 – 20h30 sauf Niveau 2A 19h15 – 20h45)

Cours de soutien aux débutants
Cette année encore, Hélène propose une session de « remise en jambe » les 1er, 8, 15, 22 et 29 septembre pour les anciens inscrits en N1 afin de revoir les notions vues en 1ère année.

Club de conversation
Animé par Philippe, le club de conversation est ouvert gratuitement à tous les adhérents de BJ, ainsi qu’aux personnes de nationalité japonaise, et se déroule le samedi après-midi à partir de 16h30 à 19h00, durant toute l’année. Actuellement, le nombre de places est limité à 8 personnes et nécessite l’inscription via un « doodle » envoyé chaque semaine à une liste de diffusion. Les inscriptions se font via le formulaire de contact de l’association.

Atelier de calligraphie
Les ateliers se déroulent au 15 rue de Dinan à Rennes, le samedi de 10h30 à 12h15 et de 14h00 à 15h45.
Les cours sont répartis tout au long de l’année scolaire.
Les sessions se composent de 3, 6 ou 9 ateliers.

Atelier de couture
Des ateliers sont prévus en cours d’année. Pour l’instant, les dates ne sont pas arrêtées.

Livret d’accueil
Les nouveaux adhérents se voient proposer un « livret d’accueil » format papier leur permettant de se familiariser avec l’association.

Les tarifs

*Chômeur, étudiant, – 18 ans, carte Sortir
**Le livre de cours est prêté durant le cours sinon il est vendu 39€. Le cahier d’exercices, fortement recommandé, est au prix de 12€.
Les paiements s’effectuent en priorité par carte bancaire. Les chèques, paiements en liquide et carte Sortir sont également acceptés.

À noter : L’association n’effectue aucun remboursement des cours/ateliers sauf déménagement professionnel hors Rennes/maladie grave. L’adhésion par nature n’est jamais remboursée.

Culture et société au Japon / 日本の文化と社会

Tsushima: le jour où le Japon est devenu une grande puissance

Un documentaire historique datant de 1980, d’une qualité remarquable retrace, la bataille navale de Tsushima qui s’est déroulée les 27 et 28 mai 1905 lors de la guerre russo-japonaise. De ce jour date la naissance de la puissance militaire japonaise.

L’excellente introduction explique les enjeux internationaux de l’époque. Documents d’archive, interviews de militaires et historiens ajoutent au documentaire les précisions

nécessaires afin de saisir la portée historique de l’évènement. À regarder ici.
Pour aller plus loin:

  • Le déroulement de la bataille d’heure en heure et les cartes des différents mouvements des 2 flottes sont à consulter ici.
  • On peut compléter le récit de la bataille en regardant également ce documentaire ici.
  • Cerise sur le gâteau, on pourra lire la BD parue aux éditions Glénat dans la collection «Les grandes batailles navales» consacrée à cet évènement historique.

Les contes japonais

Quoi de mieux pour pénétrer la culture d’un pays que les contes. Ils viennent du plus profond des siècles et sont imprégnés de croyances populaires. Je vous invite à en parcourir quelques-uns parmi les choix proposés par «Le site du Japon». Où il est question d’animaux fantastiques, d’ogres, de personnages mythiques,…
C’est ici.

Gacha Gacha – 9 petits moments japonais

Ludique, la série de neuf brefs webdocumentaires diffusée sur Arte.tv, les pages Facebook et YouTube de la chaîne d’Arte est un décryptage minutieux de la culture du Japon. Elle permet de lever le voile sur l’opacité d’une société très codifiée.
Tout cela au rythme des onomatopées et des jingles omniprésents (« Gacha Gacha », « Zuru Zuru »,…) ou encore les secrets des codes de politesse dans le quotidien des Japonais.
Neuf épisodes pour étudier autant de curiosités de la société nippone. C’est à visionner ici.

teamLab: Les musées d’art numérique par Simon

teamLab réinvente le musée d’art de demain en proposant une version 2.0 qui offre une expérience spectaculaire et unique à ses

visiteurs. Implantés sur deux sites distincts, ces deux musées complémentaires hors du commun proposent des approches différentes de l’art, où le visiteur interagit de façon ludique avec les éléments qui l’entourent pour participer à l’œuvre artistique, au lieu de se contenter d’un simple rôle de spectateur.
Visités en mars 2019, comptez 3.200¥ (25€) pour chacun des deux musées. Les tickets sont vendus séparément, un ticket ne pouvant donner accès aux deux sites. Une fois à l’intérieur, le visiteur peut rester autant de temps qu’il veut pour contempler les œuvres d’art prendre vie. La réservation se fait en ligne avec le choix d’un créneau jour/heure d’arrivée (attention: le nombre de places est limité par créneau). Vous pourrez facilement visiter les deux musées la même journée (10 minutes en métro pour relier les deux sites via la ligne de métro aérien Yurikamome).

En constante innovation depuis son ouverture en 2018, le teamLab Digital Art Museum est toujours en quête de nouvelles expériences à proposer, les projections et autres interactions évoluant très souvent d’une année à l’autre. Retour sur cette échappée créative et (très) colorée que je recommande à tous.

1 – teamLab Planets Tokyo
Site officiel: https://planets.teamlab.art/tokyo/

Le ton est donné dès l’entrée: Ici, on enlève nos chaussures et on remonte le bas du pantalon jusqu’au genou (pensez à porter quelque chose qui vous libérera facilement et rapidement les pieds). Une piscine peu profonde vous accueillera pour ce début d’expérience, alimentée par une cascade et deux colonnes de lumière qui vous guideront vers la prochaine salle. Une fois vos pieds secs, vous accéderez à une galerie de miroirs

disposant de milliers d’ampoules LED formant des chorégraphies lumineuses et vertigineuses, offrant un spectacle infini de couleurs. Retour à l’eau ensuite pour simuler un lac baigné d’une étrange lumière mystique où des créatures aquatiques virtuelles évoluent autour de vous.

2 – teamLab Borderless Tokyo
Site officiel: https://borderless.teamlab.art/

Faisant partie de Palette Town sur l’île artificielle d’Odaiba, le teamLab Borderless Tokyo vous invite à vous fondre (littéralement) dans le décor et faire partie de la projection monumentale proposée dans la première salle (défi: retrouver la porte vers la salle suivante au milieu de toutes ces projections murales). Une fois la porte repérée et franchie, une cascade de couleurs vous attend dans un environnement digne d’un film de

fantaisie. Des illusions optiques ponctueront vos pas à la découverte de cette colline féérique. La technologie est également au rendez-vous pour donner vie sur grand écran aux dessins des enfants. Des expositions éphémères sont souvent proposées pour donner une autre dimension à cette expérience.

3 – Expositions temporaires

En plus des musées permanents Planets et Borderless de Tokyo, teamLab exporte également son concept de l’art numérique partout dans le monde en forme d’expositions temporaires. C’est ainsi qu’on a pu profiter de cette expérience intitulée « teamLab: Au-delà des limites » à Paris en 2018 dans la Grande Halle de La Villette. Ces musées ne sont pas toujours dans des espaces fermés, en témoigne celle du temple To-ji à Kyoto en cours en ce moment jusqu’au 19 septembre 2021.

Liste des expositions temporaires: https://www.teamlab.art/e/

Un énorme succès populaire: plus de 2 millions de visiteurs
Depuis son ouverture au cours de l’été 2018, teamLab Borderless a reçu des millions de visiteurs en provenance de plus de 160 régions ou pays, ce qui en fait un des leaders des sites touristiques japonais. Toutefois très loin des leaders incontestés que sont les parcs d’attraction Disney Japan (plus de 30 millions). Ainsi, au cours de l’année 2019, 2 198 284 personnes ont visité le site devançant le musée Van Gogh à Amsterdam, (2 134 778 visiteurs) ainsi que le Musée Picasso à Barcelone (1 072 887 visiteurs).
Pour rappel, le musée du Louvre a accueilli près de 7 millions de visiteurs en 2020.

Les musées teamLab annoncent la fermeture du site Palette Town sur l’île d’Odaiba courant 2022 et la réouverture des musées au centre de Tokyo courant 2023.

Savoir-vivre au Japon: Courtoisies voyageuses

Petit à petit, on se prépare pour le prochain voyage au Japon (on reste optimiste!). L’office de tourisme du Japon (JNTO) publie un petit guide sur les bonnes manières à adopter illustré de charmantes gravures. Un petit rappel n’est jamais inutile!
Au sommaire:
L’empire des formes, Entretien avec Jean-François Sabouret, Salutations, Cartes de visite, Mots indispensables, Cadeaux, Argent, Transports, Dans la rue, À table, Fumer, Chaussures, Une nuit dans un ryokan, Bains et onsen, Temples et sanctuaires, Assurance et bagages.

Il est à télécharger ici.

La culture japonaise rencontre la culture française /日本文化とフランス文化の出会い

Le mariage des huitres bretonnes et du saké

On pourra se mettre l’eau à la bouche en regardant cette courte vidéo (bas de page) d’une dégustation d’huitres bretonnes et de saké. Peut-être une séance dégustation à Bretagne – Japon? À vous de décider!

Yves Saint Laurent et le Japon

Lorsqu’un de nos plus talentueux créateurs de mode va à la rencontre du Japon, alors le pays du soleil levant devient source d’inspiration.
«Très tôt je suis allé à la rencontre du Japon et tout de suite j’ai été fasciné par ce pays ancien et moderne et j’ai, depuis, à diverses reprises subi son influence », indique Yves Saint Laurent en 1990. « D’autres avant moi connurent cette admiration : Monet, Van Gogh et tous les artistes Art déco qui furent si importants à notre époque. Aujourd’hui, le Japon ne cesse de grandir et a réussi le miracle suprême de célébrer les noces du passé et du présent. »

L’amour d’Yves saint Laurent pour le Japon méritait bien cet émouvant article du site « Pen ». L’article et de magnifiques photos sont à consulter ici.

Quoi de neuf ? 最新情報

Au Japon 日本のニュース

Fermeture du Oedo Onsen Monogatari à Tokyo

Le fameux «parc à onsen» de la capitale ferme ses portes le 5 septembre.

Toutefois il existe des alternatives sur Tokyo :
Sur le même concept de « parc de bains » :
Mangekyo a Urayasu (près de Disneyland), https://urayasu.ooedoonsen.jp/news/4340
En onsen « pûrs » il existe:
– Somei Sakura,
– Saya no yudokoro,
– Niwa no Yu
Source : Kanpai

À Rennes et dans les environs/レンヌの最新情報

En partenariat avec la Direction des Quartiers de la Ville de Rennes et dans le cadre d’un forum des associations, l’association de jumelage Rennes – Sendaï organise, dans le cadre du « Forum festif » une animation dans le superbe cadre du parc Oberthür le dimanche 5 septembre.

Au programme :
– présentation de la Ville de Sendai,
– dégustation de thé avec le Palais des Thés,
– présentation de l’activité IKEBANA,
– vente de marque-pages à l’effigie de Date Masamune, fondateur de Sendai en 1600.

 2 représentations de Kamishibaï seront assurées par notre ami Philippe.

Exposition Gyotaku à l’Orangerie du Thabor, du 20 au 26 septembre

Ce sera l’occasion de (re)découvrir la technique de l’empreinte de poisson et quelques-unes des oeuvres de notre ami Gilles Porrini «maitre» au Japon  pour cet art sous le nom d’artiste japonais «MARUKU»(マルク).
L’entrée est gratuite.
Pour en savoir plus sur l’art du Gyotaku, vous pouvez lire le focus qui lui est consacré en fin de newsletter.

Geek Days au parc des expos à Bruz les 25 et 26 septembre

Le nouveau rendez-vous breton dédié aux jeux-vidéo, manga, cosplay, comics et science-fiction débarque à Rennes !
Lieu : Parc des expositions – Hall 10A et 10B
Horaires : 10h00 – 19h00

Tarifs :
Pass 1 Jour : 10,00€
Pass 2 Jours : 15,00€
Gratuit pour les moins de 8 ans
Les enfants de moins de 14 ans doivent obligatoirement être accompagnés d’une personne majeure.
Le programme se trouve ici.

À Nantes

JapaNantes 2021 : 4 et 5 septembre

JapaNantes, festival de la culture japonaise moderne et traditionnelle, revient pour une 10ème Edition après 2 ans d’absence!
Le festival se déroulera à la salle de La Carrière à Saint-Herblain les 4 et 5 septembre de 10h à 19h le samedi et de 10h à 18h le dimanche.
Cette année aura aussi lieu la JapaNight le samedi de 20h à 23h pendant laquelle vous pourrez assistez à un feu d’artifice et d’autres animations!
Au programme : animations (concerts, jeux, karaoké, concours, …), stands professionnels et associatifs, jeux sur scène, café manga, jeux vidéo, karaoké, cérémonie du thé, cosplay.
Pour acheter son billet c’est ici.
Passe sanitaire obligatoire!

À Paris /パリの展示会情報

JapaNantes 2021 : 4 et 5 septembre

Le premier Japon de … Laurent / 日本との出会…ローラン

Mon premier Japon : de Spectroman à Kurosawa

« Une enfance à Angers, la télé les mercredis après-midi, les dessins animés du club Dorothée. Mon premier contact avec le Japon était avec un héros que les jeunes de moins de 30 ans ne peuvent pas connaître : Spectroman ( スペクトルマン ), personnage au costume doré, mi-humain, mi-robot, capable de se transformer et de voler comme Superman.
Dans le Japon des années 1970, ce gladiateur a pour mission de combattre la pollution qui déjà menace notre planète, et de repousser les attaques d’un 

curieux duo d’hommes singes embarqués dans une soucoupe volante qui se gargarise à parachuter sur Terre les pires chimères pour embêter les Japonais.

Enfant, cette série m’a fait réaliser à quel point Japonais et Européens étions à la fois proches et éloignés dans nos façons de vivre, et éveillé pour toujours mon envie de m’ouvrir sur ce pays.

Adolescent, mon Japon ce sont ces après-midis à traîner après le collège dans les salles d’arcade pour faire tomber les pièces dans les bornes de Taito, Konami et Sega (Shinobi). C’est aussi une première séance de cinéma inespérée pour voir « Rêves » la série de courts métrages de Kurosawa, avec un copain, dans une salle quasiment vide ! Plus tard les mangas de Jiro Taniguchi (« Quartier lointain »),  les films de Ozu, un opéra de Yukio Mishima (Le Pavillon d’Or), une rencontre avec Iroshi Kitada, seul Japonais en course pour la route du Rhum, ont continué de nourrir mon imaginaire sur le Japon. Aujourd’hui, je n’attends qu’une chose, préparer ma valise pour y aller ! »

La technologie et le Japon /  日本のテクノロジ

La technologie au service de la sécurité ?

Face aux énormes enjeux qu’il doit affronter (Risques naturels, vieillissement de sa population,…), le Japon a décidé d’affronter ces défis en faisant appel à la diversité des technologies. Devenu ainsi un leader dans les domaines de la recherche et du développement (nucléaire, robotique, audiovisuel,…), il était naturel d’introduire dans la lettre d’information cette nouvelle rubrique.
En ce mois de compétitions olympiques, il nous a semblé intéressant de nous pencher sur les technologies au service de la sécurité dans un environnement où les risques auraient dû être démultipliés avec l’arrivée massive de touristes. Le documentaire diffusé sur Arte «Tokyo, le prix de la sécurité » date de 2019, et depuis cette date l’environnement s’est modifié. Il n’en demeure pas moins que ce documentaire garde toute sa valeur vis-à-vis de l’usage (et le mésusage) des technologies liées à la problématique de la sécurité.

Vous pouvez le regarder ici.

Gastronomie / グルメ

Recette Mushi Pan, le gâteau japonais à la vapeur – 蒸しパン. Tellement fuwa fuwa

La plupart des cuisines japonaises étant souvent dépourvues de four, les Japonaises prirent l’habitude de cuire des mini cakes à la vapeur, dans des petites caissettes. Ce sont les « mushipan à la texture aérienne, telle un nuage.
La recette est très simple et vous pouvez la consulter ici.
À partir de la recette de base, il est possible de varier les saveurs : chocolat, matcha, café, avec haricots confis,… selon votre bon plaisir (la rédaction est toujours volontaire pour tester !).

7 tonnes de sauterelles sont consommées chaque année au Japon

100 grammes de sauterelles donnent 26,3 grammes de protéines contre 20,2 gr pour l’équivalent de viande de boeuf… L’automne est la meilleure période pour ramasser les sauterelles, au moment de la récolte de riz. Elles pullulent dans les rizières.
Dans la région de Nagano, on aime les sauterelles bouillies puis passées dans un mélange de sucre, sauce soja et mirin (sake doux), et utilisées en accompagnement du riz blanc ou du thé vert.
La consommation est si répandue qu’il existe même des distributeurs automatiques d’insectes.

Source : https://dozodomo.com/

Le Japon et l’environnement par Énora / 日本と環境 byエノラ

Au Japon l’hygiène au détriment de l’environnement

Quand on pense au Japon on pense souvent propreté. Il est vrai qu’il est surprenant de voir la grande majorité des rues de Tokyo d’une propreté irréprochable alors qu’il n’y a pratiquement pas de poubelles dans les rues. Cependant, on note un contraste saisissant quand on se rend dans les konbini (petite supérette japonaise ouverte 24h/24 et 7j/7), on remarque effectivement un suremballage de plastique des produits. Une des raisons principale serait l’hygiène mais nous sommes dans le droit de nous demander s’il est vraiment nécessaire d’en faire autant ?
https://www.nippon.com/fr/news/fnn20210310153879/?cx_recs_click=true

Le Japon a une production annuelle de déchets plastiques d’environ 9,4 millions de tonnes. Ce qui en fait le deuxième producteur mondial de déchets plastiques par habitant après les Etats-Unis. En 2018, le gouvernement a cependant dévoilé un objectif de réduction d’un quart d’ici à 2030 de sa production annuelle de déchets plastiques. En effet, depuis le 1er juillet 2020 on remarque que les sacs plastiques

sont payants dans les konbini pour encourager la réduction des déchets. La distribution de ceux-ci est donc passé de 75% à 25% soit 9.000 tonnes de déchets plastiques en moins.
https://katatsumurinoyume.com/2019/07/japon-l-empire-du-plastique-ou-la-necessite-de-retraiter-les-dechets.

On peut également observer un autre problème similaire subsistant toujours au Japon quant à la surconsommation de baguettes jetables, les wari-bashi (割り箸). Elles sont utilisées depuis l’ère Edo que ce soit dans les restaurants ou les bento et ramen des Konbini. les wari-bashi représentent en moyenne 90 000 tonnes de bois par an. En 2007, 90 % de ces baguettes étaient faites de bambou et 10 % de tremble importé de Chine. En

effet, le Japon est le premier pays importateur mondial de bois tropical, l’Europe étant le deuxième. Sur l’Archipel se sont environ 55 millions de baguettes en bois qui sont jetées toutes les 24 heures. Heureusement, celles-ci ayant un impact grandissant sur l’environnement dont le gaspillage des ressources forestières et l’utilisation de produits désinfectants pendant le traitement du bois importé ont fait polémique. C’est pourquoi de nos jours ont peut voir dans certains restaurants l’utilisation de baguettes, hashi (箸) en bois ou en plastique qui sont lavés puis réutilisés. Cependant, d’autres commerces préfèrent encore utiliser des wari-bashi pour des raisons d’hygiène.

https://www.nippon.com/fr/features/jg00060/

https://www.mesbaguettes.com/module/xipblog/single?id=2&rewrite=impact-environnemental-des-baguettes-jetables&page_type=post

La musique japonaise par Simon / 日本の音楽 byシモン

La sélection musicale du mois par Simon / シモンのおすすめ音楽

宇多田ヒカル / Utada Hikaru
Chanteuse, parolière, compositrice, productrice

Née à New York en 1983 d’un père producteur de musique et d’une mère chanteuse enka, Utada Hikaru a baigné dans l’univers de la musique dès son enfance. Sa carrière solo à peine lancée en 1998 qu’elle enregistre déjà un record (toujours inégalé à ce jour) à l’âge de 15 ans seulement : son premier album First Love se vend à plus de 6 millions d’exemplaires, devenant l’album le plus vendu de tous les temps au Japon.
Explorant des sons R&B au début de sa carrière, « Hikki » a réussi à diversifier son catalogue musical et à enchainer les succès, faisant d’elle l’une des artistes les plus populaires. En parallèle à sa carrière japonaise, Hikki a également sorti 3 albums aux Etats-Unis ainsi qu’une tournée internationale en 2010.

Avec plus de 10 albums à son actif pour un total estimé à 35 millions de disques vendus au Japon, elle est également connue pour ses multiples collaborations musicales comme avec les séries Kingdom Hearts et Neon Genesis Evangelion.

Site officiel / Page Wikipédia / Page Youtube

Sélection du mois : 宇多田ヒカル – COLORS
Autres recommandations : Exodus ’04, Be My Last, Flavor of Life, Prisoner of Love

Vous aimez la musique japonaise. Partagez votre playlist avec les lecteurs de la newsletter (contact: redaction@bretagne-japon.fr)

L’univers du manga selon Jean Félix / ジャンフェリックスが見るマンガの世界

よーい ドン!

A l’occasion de la tenue des Jeux Olympiques de Tokyo au Japon cet été 2021, je vous propose de découvrir l’univers du manga associé au sport.

Sport et mangas, une relation fusionnelle depuis 70 ans

« Soixante-dix ans après ses débuts, le manga de sport a touché à quasiment toutes les disciplines possibles. Le baseball, sport national au Japon, a eu le droit à plus de 400 mangas dédiés selon le recensement de la revue Zoom Japon, contre environ 200 pour le football, 66 pour le sumo, 50 pour le tennis ou encore 34 pour le judo. Mais on retrouve aussi un manga dédié au kabaddi, un sport de contact indien, ou un autre aux courses de chevaux. » (Source : Zoom Japon)

Si la plupart des « manga » à succès à l’international sont majoritairement des « manga » de combat, le « manga » de sport occupe également une place importante dans la société Japonaise. Au Japon les « manga » sportifs prennent une place importante dans les librairies Japonaises. En 2020 le manga « Haikyuu », basé sur la pratique du Volleyball, s’est vendu à plus de 7 000 000 d’exemplaires se plaçant ainsi à la 4ème position dans le top Vente des « manga » au Japon.

Beaucoup de « manga » de sport à succès sont d’abord sortis dans le magazine « JUMP » portant sur des sports variés allant de la boxe au Babington en passant par le cyclisme. Dans ces « manga », en général, la pratique d’un sport est présentée comme une solution à la vie du quotidien, un match pour se faire de nouveaux amis, et pour souder son équipe. Et pour le coté sentimental, rien n’est mieux que de ramener la coupe à la maison. On retrouve des « manga » de sport généralement dans la catégorie des « shonen » (manga pour garçons adolescents) et des « shojo » (manga principalement pour filles adolescentes).

Afin de vous éclairer et vous aider à découvrir des titres de « manga » de sport, je vous mets quelques exemples qui traitent la thématique et qui sont également disciplines Olympiques.

Les thématiques des « manga » de sports sont similaires à la plupart des « manga »: on y retrouve des situations du quotidien, autour de valeurs telles que l’esprit d’équipe, l’amitié, la vie étudiante et la vie sentimentale.
En général dans les « manga » de sport on découvre 3 catégories de héros.
– La pratique du sport est une passion depuis l’enfance comme pour « Tsbasa » dans le manga « captain tsubasa »(Manga sur le FootBall) ou comme « Hinata » dans « Haikyu »(Manga sur le Volley).
– La pratique sportive est un moyen pour arriver à ses fins comme pour « Ippo » d’Hadjime no Ippo (Manga sur la Boxe).
– Le personnage principal entre dans le milieu sportif par hasard comme pour « Sakamichi Onoda » dans « Yowamushi Pedal » (Manga sur le cyclisme) ou bien encore « Sena » dans « Eyshild 21 »(Manga sur le FootBall Américain).

Le top 5 de mes « manga » de sport préférés que je vous conseille fortement de lire ou de regarder.

Haikyū!!

Shouyou Hinata, un jeune garçon d’1m60 est passionné de volley-ball depuis qu’il a regardé un match dans lequel jouait le « petit géant », un redoutable attaquant de petite taille et s’inscrit dans le lycée de son idole. En dernière année de collège, il réussit tant bien que mal à rassembler une équipe pour participer au tournoi du collège, malgré son

engouement il se fait battre dès le premier match par l’équipe phare du tournoi où le jeune Tobio Kagéyama mène son équipe en finale. Déterminé à s’entrainer pour le battre au lycée, il s’aperçoit que le jeune Kageyama est dorénavant un de ses coéquipiers.
https://www.youtube.com/watch?v=VKviyEGvb94

Hajime No Ippo
Près de 100 millions d’exemplaires vendus et est le troisième manga de sport le plus vendu au monde.

Le jeune Ippo Makumouchi, jeune lycéen timide et isolé, est souvent martyrisé par les voyous du lycée. Un jour alors qu’Ippo se faisait taper dessus par la bande de voyous Takamura Mamoru, un boxeur professionnel qui passait dans le coin intervient et les chasse. Ippo va alors se découvrir une passion pour la boxe en se lançant dans une quête pour découvrir ce qu’ « être fort » signifie.
https://www.youtube.com/watch?v=9S50a4rStNA&t=24s

Innitioal D

On découvre le jeune Takumi Fujiwara, un lycéen à priori normal. Mais depuis ses 13 ans, il aime la vitesse et il conduit tous les soirs sa voiture « 86 » (Toyota AE86). Un soir il dépasse un des meilleurs « Road Racer » de la région. C’est le début pour lui des courses de descentes de montagne.
https://www.youtube.com/watch?v=xbRZE64S3U4

Kuroko’s Basket

La Génération Miracle, la fameuse équipe du collège Teikou composée de cinq génies. Une légende raconte qu’un sixième membre aurait fait partie de cette équipe.
C’est la rentrée des classes au lycée Seirin , et le club de basket compte désormais dans ses rangs de nouveaux seconde comme Taiga Kagami, joueur impulsif qui rêve d’écraser la Génération Miracle et devenir le numéro 1 du Japon, et Kuroko Tetsuya, un garçon très effacé que personne ne remarque et peu doué pour le basket.
https://www.youtube.com/watch?v=5RVEM8-UKlg

Yamahushi Pedal

Sakamichi Onada est un lycéen solitaire, Otaku est aussi plutôt solitaire qui ne craint pas de faire 90km de vélo hebdomadaire pour des conventions ou acheter jeux, figurines,… Un jour, Sakamichi croise un camarade de son lycée nommé Shōkichi Naruko. Celui-ci voit alors en Sakamichi un incroyable potentiel et l’incite à intégrer le club de cyclisme du lycée. C’est alors qu’il se passionne pour le vélo de course.
https://www.youtube.com/watch?v=zyazW3JpghM&list=PLO5-  qgK1xySA872wnzs0xba_lvEOa44Tt&index=4

Le manga du mois /今月のマンガ, présenté par notre partenaire, JAPANIM Rennes

Our Summer Holliday, de OZAKI Kaori, chez Delcourt Tonkam.
Un one-shot seinen à 7.99€, à partir de 14 ans.

Résumé : Natsuru, 11 ans, est la star de son collège et jeune espoir du football. Il se retrouve mis à l’écart le jour où il refuse les chocolats que lui offre la plus jolie fille de l’école. Seul, il fait la connaissance de Rio, une fille de sa classe qui est rejetée par ses camarades à cause de sa très grande taille. Ils vont petit à petit se rapprocher et Rio va alors lui avouer son lourd secret.

L’avis de Benjamin (Japanim Rennes) :
Un one-shot atypique, très sensible, qui commence avec beaucoup de douceur pour rapidement s’assombrir à l’image d’un ciel d’été dont l’azur laisse place à l’orage. La jeunesse des personnages exacerbe l’intensité des épreuves qu’ils doivent surmonter. Après lecture, je suis resté piégé, moi aussi, quelques heures dans cet été pas comme les autres…

Le coin des cinéphiles par Bernard / シネフィリアbyベルナール

Pas de « Pass sanitaire » à l’Arvor (pour l’instant)

Le cinéma Arvor a décidé de limiter la jauge à 49 entrées par salle. En conséquence nul besoin de « Pass sanitaire », par contre masque obligatoire.

« True Mothers» de Naomi Kawase à l’Arvor 

Réalisé par Naomi Kawase (les délices de Tokyo), le film aborde le sujet délicat de la famille, de la parenté,…que les réalisateurs nippons traitent toujours avec beaucoup de sensibilité et souvent en abordant les sujets tabous de la société japonaise.

Satoko et son mari sont liés pour toujours à Hikari, la jeune fille de 14 ans qui a donné naissance à Asato, leur fils adoptif. Aujourd’hui, Asato a 6 ans et la famille vit heureuse à Tokyo. Mais Hikari souhaite reprendre le contact avec la famille, elle va alors provoquer une rencontre…

Pour les horaires, c’est ici.
La bande annonce est à visualiser ici.

« Onoda – 10 000 nuits dans la jungle »  d’Arthur Harari à l’Arvor

Une coproduction internationale (France, Japon, Allemagne, Belgique, Italie, Cambodge) présentée dans la section « Un Certain Regard » au Festival de Cannes 2021. / 2h47 VOSTF
Avec Yûya Endô, Tsuda Kanji, Yuya Matsuura.

Fin 1944. Le Japon est en train de perdre la guerre. Sur ordre du mystérieux Major Taniguchi, Onoda est envoyé sur une île des Philippines juste avant le débarquement américain. La poignée de soldats qu’il entraîne dans la jungle découvre bientôt la doctrine inconnue qui va les lier à cet homme : la Guerre Secrète. Pour l’Empire, la guerre est sur le point de finir. Pour Onoda, elle s’achèvera 10 000 nuits plus tard.

« Un grand moment de cinéma : une tension continue durant près de 3 heures que l’on ne voit pas passer. On regrette que le film se termine. » La rédaction
Pour les horaires, c’est ici.
La bande annonce est à visualiser ici.

« Drive my car » de Ryusuke Hamaguchi à l’Arvor

Présenté en compétition au Festival de Cannes 2021, « Drive my car » est une adaptation d’un extrait du recueil « Des hommes sans femmes » de Haruki Murakami (Senses et Asako I & II).
Alors qu’il n’arrive toujours pas à se remettre d’un drame personnel, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un festival, à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme réservée qu’on lui a assignée comme chauffeure. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges les oblige à faire face à leur passé.

À partir du mercredi 18 aout.
Des extraits peuvent être consultés ici.

 « Les sorcières de l’orient » de Julien Faraut au TNB

« Japon années 1960. Alors que Tokyo, en pleine reconstruction, signe son grand retour sur la scène internationale avec l’organisation des JO, un groupe de jeunes ouvrières connait un destin hors du commun. Après le travail, elles s’entraînent dans les conditions les plus rudes pour se hisser au sommet du volley mondial. Bientôt surnommées les « Sorcières de l’Orient », elles deviennent le symbole du miracle japonais. Leur histoire nourrira la pop culture durant des générations… ».
Le succès des « Sorcières » a donné naissance à de nombreux animes sur le sport dont Attack Number One.

En salle au TNB à partir du 11 au 22 août (à vérifier sur le site du TNB).

« Musashi – La Trilogie » de Hiroshi Inagaki au TNB

Pour la 1re fois au cinéma en version restaurée à partir du 4 août 2021

Musashi est une trilogie composée des films La Légende de Musashi (1954), Duel à Ichijoji (1955) et La Voie de la lumière (1956). Produite par la compagnie Toho et dirigée par le cinéaste Hiroshi Inagaki, elle a contribué à faire connaître le cinéma japonais à travers le monde. Oscar du meilleur film étranger en 1956, Musashi a également permis à Toshiro Mifune de confirmer son statut de star internationale. Inspiré de la vie de Miyamoto Musashi, samouraï et philosophe ayant réellement existé, cette trilogie en couleurs représente le meilleur du cinéma d’aventure des grands studios nippons.

« La Légende de Musashi » est une adaptation cinématographique du début du roman « La Pierre et le Sabre » d’Eiji Yoshikawa (dont la lecture nous avait été conseillée par Anne-Laurence dans la rubrique « Le livre du mois » dans le numéro de mai – juin de la lettre).
Pour en savoir plus, c’est ici.
Pour les horaires du TNB c’est ici.

Le Soupir des vagues de Koji Fukada, en salles le 4 août (à priori au Gaumont)

Réalisateur de « l’infirmière », d’ »Harmonium » d’« Au revoir l’été », Koji Fukada nous dévoile son dernier film fait de magie et de poésie.

« En quête de ses racines, Sachiko rend visite à sa famille japonaise installée à Sumatra. Tout le monde ici essaye de se reconstruire après le tsunami qui a ravagé l’île il y a dix ans.
À son arrivée, Sachiko apprend qu’un homme mystérieux a été retrouvé sur la plage, vivant. Le village est à la fois inquiet et fasciné par le comportement de cet étranger rejeté par les vagues. Sachiko, elle, semble le comprendre… » Source : Hanabi

La bande annonce est à voir ici.
Pour en savoir plus sur l’œuvre cinématographique de Koji Fukada, lire l’article ici.
Pour les horaires voir ici.
On espère pouvoir découvrir dans une salle rennaise sa fresque romantique, sélectionnée au festival de Cannes 2021, « Suis-moi je te fuis » (première partie, sortie en salles le 18 août) et « Fuis-moi je te suis » (deuxième partie, sortie en salles le 25 août).

Le cinéma de Kenji Mizoguchi sur ARTE

« Kenji Mizoguchi (1898 – 1956) auteur de 94 films, (dont 62 ont été perdus), est aujourd’hui considéré comme un des maîtres du cinéma japonais aux côtés d’Akira Kurosawa et de Yasujirō Ozu, mais aussi du cinéma mondial. France Culture le désigne comme le plus grand cinéaste du monde ». Source Wikipedia
Quant à moi, l’œuvre de Mizoguchi reste liée à la découverte, il y a plus de 40 ans, du film

« Les contes de la lune vague après la pluie ». Depuis ce jour, ce film n’a pas arrêté de me hanter. L’atmosphère surnaturelle qui irrigue « Les contes de la lune… » nous plonge au plus profond de l’âme du Japon, la brume sur le lac Biwa est un véritable poème,…

Cette excellente rétrospective du cinéma de Kenji Mizoguchi proposée par ARTE ne peut que me réjouir car il y a très peu d’occasion de visualiser une partie de l’œuvre du cinéaste. On regrettera seulement que ne soit pas proposée « la vengeance des 47 Ronins » (241 mn) qui met en scène un des plus célèbres évènements de la longue histoire des samouraïs.
Le maître du cinéma japonais en 8 films, un portrait inédit et cerise sur le gâteau un Blow up.

  • Portrait : Kenji Mizoguchi, le cinéaste à la cicatrice dans le dos (25 mn)
  • Les amants crucifiés (99 mn)
  • Une femme dont on parle (81mn)
  • Miss Oyu (90 mn)
  • La rue de la honte (83 mn)
  • L’impératrice Yang Kwei Fei (88 mn)
  • Les musiciens de Gion (82 mn)
  • Les contes de la lune vague après la pluie (94 mn)
  • L’intendant Sansho (à partir du 3 août)
  • Blow up : Mizoguchi face à l’histoire (8 mn)

Tous les détails et les informations sont à consulter ici.

Pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Mizoguchi, lire l’article de la cinémathèque, et écouter l’émission que France Culture lui avait consacrée en 2020 et intitulée « M comme Kenji Mizoguchi, le plus grand cinéaste du monde ».

La saga du saké / 酒の真相 (Épisode 4)

Ce mois-ci : La fermentation ou sakéification

Préparation du kôji (2 à 3 jours) : le champignon magique
Un champignon spécifique, utilisé comme agent de saccharification (processus de transformation en sucre) de l’amidon est inoculé et se développe sur une partie du riz (kôji) avant d’être ajouté dans une cuve.
Pied de cuve (14 jours)
Puis, dans une cuve plus grande, riz, kôji et eau (+ levures et acide lactique) sont ajoutés à nouveau : 3 ajouts de plus en plus importants sur une période de 4 jours (au total on doit donc préparer 4 fois du kôji et cuire 8 fois du riz pour faire du saké).

Fermentation double en parallèle (20 à 30 jours) : une fermentation unique au monde.
On parle de « fermentation double en parallèle » car, dans une même cuve, le kôji permet la dégradation de l’amidon en sucres pendant que les levures en rapide multiplication transforment les sucres. Ces deux processus ont lieu simultanément, c’est la raison pour laquelle le rendement alcoolique du saké est le plus élevé parmi les boissons simplement fermentées, pouvant ainsi atteindre 18 à 20° d’alcool en fin de fermentation.

Les rendez-vous du mois 今月のイチオシ

L’expression du mois 今月の表現

塵も積もれば山となる « ちりもつもればやまとなる »

Le livre du mois 今月の本 

« Tout peut s’oublier » d’Olivier Adam

La grève de la faim de Vincent Fichot, en grève de la faim depuis plus de 3 semaines à Tokyo, est là pour nous rappeler que la garde partagée des enfants en cas de séparation n’existe pas légalement au Japon. Aussi, l’enlèvement parental est une pratique courante et tolérée par les autorités locales.
Sujet délicat abordé par la littérature dans le roman d’Olivier Adam « Tout peut s’oublier » paru chez Flammarion en début d’année.
« Un appartement vide : c’est ce que trouve Nathan quand il vient chercher son petit garçon chez son ex-femme. Très vite, il doit se rendre à l’évidence : Jun est rentrée au Japon, son pays natal, avec Léo. À l’incompréhension succède la panique : comment les y retrouver, quand tant 

d’autres là-bas courent en vain après leurs disparus ? Et que faire de ces avertissements que lui adresse son entourage : même s’il retrouve leur trace, rien ne sera réglé pour autant ? »

Paru le 06/01/2021
Prix : 20€
E-book : Epub : 6,99€ ; Pdf : 6,99€

Le kanji du mois 今月の漢字, proposé par Hélène

Le chrysanthème est associé à la mort et au fleurissement des tombes chez nous mais en Asie c’est plutôt un symbole de longévité et d’immortalité. Au japon, cette fleur importée de Chine à l’époque Nara (710-794) a été très utilisé dans la poésie de l’époque avant d’être représentée sur le blason de la famille impériale à partir de la période Kamakura (1185–1333) si bien qu’on appelle « trône du chrysanthème » le trône impérial. Bien qu’il n’y ait aucun symbole et/ou emblème national fixé par la loi au Japon, le chrysanthème est présent sur les pièces de monnaie (50¥), sur les passeports japonais, sur les timbres, sur les médailles de l’ordre du chrysanthème (décoration), etc.

La journée du chrysanthème (kiku no sekku) fixée le 9 septembre est, avec le jour de l’An (1er janvier), le hina matsuri (3 mars), le jour des enfants (kodomo no hi, 5 mai) et le Tanabata (7 juillet), l’un des cinq « festivals de saison » (五節句, go-sekku) correspondant aux dates du calendrier traditionnel chinois. Lors de ce festival, selon la période de floraison des centaines de variétés existantes s’étendant de la fin de l’été jusqu’aux premières gelées d’automne, sont organisés de nombreuses expositions.

Le chrysanthème est aussi présent dans la gastronomie japonaise car il est comestible : les feuilles peuvent être consommées fraîches dans des salades ou cuites (dans un sukiyaki par exemple) alors que les fleurs séchées servent à produire tisanes et liqueurs.

En cadeau : la flashcard (recto-verso) du kanji du mois créée par Hélène sur le modèle de son jeu de cartes pédagogique et ludique pour apprendre les kanji. À retrouver en cliquant ci-contre.

Le Yokai du mois 今月の妖怪

La Kuchisake Onna : fantôme meurtrier d’une femme à la bouche béante

Cette légende urbaine fort connue au Japon a de quoi faire presser le pas lorsqu’on rentre tard chez soi. La Kuchisake Onna a pour origine une sordide affaire familiale qui a bien pu arriver dans le passé. Elle serait le fantôme d’une femme adultère que son mari, pour la punir de ses infidélités, aurait défiguré au couteau, lui tranchant la bouche d’une oreille à l’autre.
Depuis son trépas, elle hante les rues le soir… La Kuchisake Onna apparaît aux vivants comme une belle jeune femme avec un masque chirurgical, tenant dans ses mains une lame aiguisée. Après s’être approchée de vous, avec les plus mauvaises intentions du 

monde, elle vous demande d’une voix susurrante : “Suis-je belle ?” Répondez oui et elle retire son masque, dévoilant le plus effrayant des sourires. “Et maintenant ?”
Quelle que soit votre réponse, elle vous réserve un sort funeste. Au “non”, elle vous tue sur-le-champ; dites “oui”, elle vous défigure à son image… Vous pourriez tenter de prendre vos jambes à votre cou… Malheureusement, vous êtes poursuivi !

Les petits plus その他の情報

Le cadeau aux lecteurs 読者への贈り物

Connaissez-vous les « henohenomoheji » ?

Ce jeu des enfants japonais est très répandu. Il s’agit de dessiner des visages de personnages à partir de 7 caractères (hiragana et/ou katakana). Le plus classique est le へのへのもへじ. Cependant, des variantes peuvent exister, chacun pouvant dessiner son propre « henohenomoheji ».
À vos crayons et pinceaux ! Nous attendons vos créations originales. Le plus original recevra (peut-être) un cadeau.

Vous pouvez visionner cette courte vidéo, où un dessinateur nous offre, avec talent, plusieurs déclinaisons.
https://www.youtube.com/watch?v=aAFlOw49TKo

Tous vos contacts à Bretagne-Japon

Ccontacter Bretagne – Japon – 連絡